Alcool de betteraves

le carburant vert

La Picardie détient un record de la production de bioéthanol. Téréos, la plus grande distillerie d’alcool de betteraves au monde est située à Origny-Sainte-Benoîte.


Racines de betteraves sucrières Crédits : Creative commons

La fabrication au XIXe siècle

Dans le local de réception de la distillerie, les betteraves sont lavées dans un laveur, puis transportées par élévateur vers le coupe-racines.

Dans la cuverie, les betteraves sont coupées dans le coupe-racines. Les cossettes ainsi obtenues sont mises à macérer dans des cuves de macération et le jus qui en résulte fermente ensuite dans des cuves. Lors de cette fermentation, le sucre contenu dans le jus se transforme en alcool.

La distillation des jus, auparavant réchauffés dans un chauffe-vin, s’opère dans une colonne à distiller ; le flegme obtenu après la distillation est recueilli puis rendu plus pur dans une colonne à rectifier.

Dans un dépotoir sont stockées, dans deux bacs, les deux qualités d’alcool produit : celui à bon goût et celui à mauvais goût...

Le bioéthanol

L’E85 est un carburant contenant 85% de bioéthanol et 15% d’essence sans plomb 95. Une teneur minimale en essence est nécessaire pour garantir le fonctionnement à froid du véhicule.

Le bioéthanol est produit en France à partir de betteraves à sucre et de céréales.

Les véhicules à carburant modulable appelés « flex-fuel » sont capables d’adapter automatiquement leur fonctionnement pour tout mélange d’essence et d’éthanol pur dans des proportions comprises entre 0% et 85% en volume d’éthanol. Ce sont en pratique des véhicules avec un moteur essence équipé de dispositifs d’injections, de capteurs électroniques spécifiques et d’une informatique supplémentaire ; de plus, les matériaux utilisés doivent être compatibles avec l’éthanol corrosif. Ils ne peuvent donc pas résulter de simples adaptations à partir de véhicules déjà existants.

Ces véhicules présentent l’avantage pour le consommateur de pouvoir choisir le carburant le plus propre et le moins cher lors du passage à la pompe, ou à défaut d’éthanol proposé dans la station service, de pouvoir rouler à l’essence.

Contributeur(s) initial(ux)

Picardia

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Vous pouvez aussi laisser un commentaire sur cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.